fbpx
More

    Hamilton de F1 n’est pas « à l’aise » en course à Djeddah alors que Riyad est accusé de violations des droits de « lavage sportif »

    Publié le:

    Le champion du monde Lewis Hamilton a admis jeudi qu’il n’était « pas à l’aise » de courir en Arabie saoudite ce week-end alors que le royaume du Golfe faisait à nouveau face à des accusations de « lavage de sport ».

    « Est-ce que je me sens à l’aise ici ? Je ne dirais pas que oui », a déclaré le pilote britannique Hamilton lors d’une conférence de presse à Djeddah où se déroule dimanche l’avant-dernière course de la saison de Formule 1 2021.

    « Mais ce n’était pas mon choix. Notre sport a choisi d’être ici et que ce soit juste ou non, je pense que pendant que nous sommes ici, il est toujours important de faire un peu de travail de sensibilisation. »

    Hamilton a été un ardent défenseur des questions de droits humains ces dernières années, mettant un genou à terre pour soutenir Black Lives Matter.

    Lors du Grand Prix du Qatar le mois dernier, il portait un casque aux couleurs de la communauté LGBT+.

    Il le portera à nouveau lors de la course de rue de Djeddah et lors de la finale de la saison à Abu Dhabi le week-end prochain.

    « Beaucoup de changements doivent avoir lieu et notre sport doit en faire plus », a ajouté Hamilton, sept fois champion.

    Pendant ce temps, le quadruple champion du monde Sebastian Vettel a organisé jeudi une épreuve de karting pour un groupe de femmes pilotes.

    Les femmes ne sont autorisées à conduire en Arabie saoudite que depuis 2018.

    « Voir la confiance de ces femmes et leur donner cette opportunité dans un domaine dominé par les hommes, c’est super et ça m’a fait beaucoup de plaisir », a déclaré l’Allemand Vettel.

    « Bien sûr, il y a des lacunes à corriger mais je pense que le positif est une arme plus puissante que le négatif. »

    Accusations de « lavage de sport »

    La course de Formule 1 de dimanche fait partie de plusieurs grands événements attirés ces derniers temps par l’Arabie saoudite, qui a également accueilli la boxe des poids lourds et le golf de l’European Tour et fait face à des accusations de « sportswashing » – essayant de détourner l’attention de son bilan en matière de droits humains.

    L’Arabie saoudite s’est lancée dans une série de réformes sous la direction de son chef de facto, le prince héritier Mohammed bin Salman.

    La Formule 1 fait partie d’une campagne visant à montrer un visage plus amical alors que le premier exportateur mondial de pétrole tente d’attirer des entreprises étrangères et de diversifier son économie.

    Cependant, les critiques soulignent l’un des taux d’exécution les plus élevés au monde et une répression contre les dissidents.

    « Il y a un combat contre le royaume depuis des années, et il est mené pour des raisons politiques (…) certaines personnes ne veulent pas de son succès », a déclaré cette semaine à l’AFP le chef du sport automobile du pays, le prince Khalid bin Sultan al-Faisal.

    « Il y a ceux qui disent que le royaume est en retard et contre les droits de l’homme… bien sûr, personne n’est parfait et les plus grandes nations qui tiennent à la liberté et aux droits de l’homme ont plus que leur part de critiques dans ces domaines.

    « Nous avons confiance en nous, et cette guerre va continuer, et nous allons continuer sur notre chemin, et la porte est ouverte pour que tous nous rendent visite et sachent qui nous sommes vraiment », a déclaré le prince.

    Cependant, Human Rights Watch (HRW) affirme que l’Arabie saoudite utilise le Grand Prix – qui mettra également en vedette la pop star Justin Bieber comme artiste principal – pour « détourner l’attention des violations généralisées des droits humains ».

    « S’ils n’expriment pas leurs inquiétudes concernant les graves abus commis par l’Arabie saoudite, la Formule 1 et ses artistes risquent de soutenir les efforts coûteux du gouvernement saoudien pour blanchir son image malgré une augmentation significative de la répression au fil des ans », a déclaré Michael Page, directeur adjoint de HRW. pour le Moyen-Orient.

    « Si les autorités veulent être perçues différemment, elles doivent libérer immédiatement et sans condition tous ceux qui ont été emprisonnés pour avoir exprimé pacifiquement leurs opinions, lever les interdictions de voyager et imposer un moratoire sur la peine de mort », a ajouté Amnesty International dans un communiqué.

    (AFP)

    Related articles

    Comments

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Share article

    Latest articles

    Chaîne de télévision, diffusion en direct, actualités et prévisions de l’équipe

    L'AC Milan et la Juventus verrouillent les cornes en Serie A alors que les deux cherchent à augmenter la pression sur les leaders de...

    Chaîne de télévision, diffusion en direct, actualités et prévisions de l’équipe

    À seulement trois jours de sa victoire en Copa de Rey contre le même adversaire, le Real Madrid accueille Elche au Bernabeu en Liga...

    Composition prévue du Real Madrid contre Elche

    Le Real Madrid divertit Elche pour la deuxième fois en trois jours après son succès en Copa del Rey en milieu de semaine.Les Blancos...

    Newsletter

    Subscribe to stay updated.